voir votre panier
Silène barbouillé de mûres par Églé
COYPEL
Photo : © Devleeschauwer Christian

Silène barbouillé de mûres par Églé

Antoine COYPEL (peintre)
École, pays : France
Paris, 1661 - Paris, 1722
France - entre 1700 ; et 1701
Huile sur toile
H x L en cm sans cadre : 148,7 x 115,2
Transfert définitif de propriété à la ville de Reims, arrêté du ministre de la culture du 9 janvier 2019, publié au Journal Officiel le 23 janvier 2019, 23/01/2019
Musée des Beaux-Arts (inv. 2019.1.15)

Le jeune Antoine Coypel découvre les maîtres de la Renaissance lors de son séjour en Italie au côté de Noël Coypel, son père, nommé directeur de l’Académie de France à Rome de 1673 à 1675. De retour en France en 1677, il est reçu à l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1681 puis nommé premier peintre du duc d’Orléans, frère du roi, dont il orne les résidences de Saint-Cloud et Choisy, ainsi que les demeures royales (Grand Trianon, Meudon, Marly). Occupant diverses charges à l’Académie, il en devient directeur en 1714. Nommé Premier peintre du roi en 1716, il est anobli en 1717.

À l’abri dans une grotte s’ouvrant sur un paysage montagneux, Silène, ivre, s’éveille, les mains liées par un faune, tandis que la facétieuse nymphe Églé, à la carnation laiteuse, se joue de lui en le barbouillant de mûres afin de l’obliger à chanter. Cet épisode tiré des Bucoliques de Virgile, jusqu’alors peu traité en peinture, permet à l’artiste de recourir à une mythologie galante très appréciée en ce début de XVIIIe siècle. Usant d’une construction pyramidale, d’une gestuelle explicite et de raccourcis ingénieux pour recentrer le regard sur Silène, l’artiste n’en livre pas moins une composition monumentale qui tranche avec l’anecdotique de la scène.
Si le colorisme de Coypel et son goût pour une forte expressivité des figures s’expriment au travers d’une touche soignée et libre, l’influence de "L’Allégorie des Vices" du Corrège, commandée par Isabelle d’Este pour son « studiolo » de Mantoue et acquise par le roi, reste sensible.

Ce tableau fut commandé en 1700 par le Grand Dauphin, fils de Louis XIV, avec trois autres sujets bachiques confiés à Jean Jouvenet, Bon Boullogne et Charles de La Fosse pour orner des dessus-de-porte de la salle à manger du château de Meudon pour lequel Coypel a donné d’autres compositions. [M. Julien, 2020]

Notice complète

Description

Dans une grotte, Eglé, vêtue d’un drapée, le sein nu, aidée d’un satyre à ses côtés, barbouille de mûres le visage souriant de Silène, ivre, vautré, la jambe droite reposant sur une cruche, les mains liées tenues par un satyre.


Sujet/Thème
scène mythologique grotte Eglé sourire sein nu draperie serviteur satyre jeu corporel mûre Silène ivresse allongé main lien corbeille raisin fond de paysage Virgile : Bucoliques, VI

Création

titre inscrit à l'inventaire
Silène barbouillé de mûres par Églé
autre titre
Silène barbouillé de mûres par la nymphe Égli
peintre
Antoine COYPEL
Paris, 1661 - Paris, 1722
Nationalité, culture : Française
École, pays : France
Lieu : France
Epoque, datation : entre 1700 ; et 1701

Technique

Domaine
peinture

Libellé
Huile sur toile
Technique
peinture à l'huile
Support
toile

H x L en cm sans cadre
148,7 x 115,2
H x L x E en cm avec cadre
161 x 126,2 x 8,7
Hauteur en cm
148,7
Largeur en cm
115,2
Hauteur avec cadre en cm
161
Largeur avec cadre en cm
126,2
Épaisseur avec cadre en cm
8,7

Contexte

Parodie de l’Allégorie des vices, par Corrège, du studiolo d’Isabelle d’Este. Églé et ses compagnes barbouillent de mûres Silène endormi dans une grotte pour le faire chanter (Virgile, Eglogues, VI).

Usage

décor d'appartement
Destinataire
Louis (dauphin de France)
(1661 - 1711)
Date d'utilisation
1700
Lieu d'utilisation
Meudon, château
Notes
Commandé à Coypel en 1700 par le Dauphin comme dessus de porte de la salle-à-manger du château de Meudon.

Oeuvre en rapport

  • La Fosse, Le Triomphe de Bacchus, 1700 - Oeuvre en rapport (provenance)
  • Bon Boullogne, Vénus, bacchus et Cérès, 1700 - Oeuvre en rapport (provenance)
  • Jouvenet, La Naissance de Bacchus, 1700 - Oeuvre en rapport (provenance)
  • Corrège, Allégorie des vertus, vers 1529-1530 - Oeuvre en rapport (création)
  • Corrège, Allégorie des vices, vers 1529-1530 - Oeuvre en rapport (création)
  • Coypel attr., Silène barbouillé de mûres par la Nymphe Eglé (AG) - oeuvre préparatoire
  • Anonyme 19ème s., Coypel A. d'après, Silène barbouillé de mûres par la Nymphe Eglé, 19ème s. - copie
  • anonyme 18ème s., Coypel A; d'après, Silène barbouillé de mûres par la Nymphe Eglé, 18ème s. 2ème moitié - copie
  • Trouvain A., Chasteau N., Coypel A. d'après, Silène barbouillé de mûres par la Nymphe Eglé (AG) - dérivé de
  • Coypel A., Le Printemps représenté par Zéphir et Flore avec le signe des Gémeaux, 1699-1700 - Oeuvre en rapport (iconographie)
  • Coypel A., Noces de Bacchus et d'Ariane à Naxos, ca 1693 - Oeuvre en rapport (iconographie)
  • Coypel A., Nymphe et satyre (Étude pour Bacchus et Ariane) (AG) - Oeuvre en rapport (iconographie)
  • Spierinck K. P., Silène ivre et endormi, attaché par la nymhe Eglé et des putti, vers 1630-1639 - Oeuvre en rapport (iconographie)
  • Hall N., Silène dans sa grotte, barbouillé de mûres par Églé, 1771 - Oeuvre en rapport (iconographie)

Inscription

  • marque de musée ; numéro d'inventaire ; cachet
    en bas à gauche, cire rouge
    MR / N° / 1368
  • marque de musée ; étiquette
    en bas à gauche, [disparue, récol. 2015]
    Musées impériaux / 1368 MR / Coypel
  • étiquette d'évacuation juin 1917
    sur le cadre, au dos, en bas, chevauchant le châssis
  • numéro
    sur le cadre, au dos, en bas, sur étiquette d'évacuation, au crayon bleu
    52
  • numéro
    sur le cadre, au dos, à gauche, à l'encre noire
    171
  • mesure
    sur le cadre, au dos, à gauche, au crayon, illisible
  • numéro pochoir rouge
    sur le châssis, en haut, à gauche
    1118
  • marque d'exposition ; étiquette
    sur le châssis, en haut, Musée National d'Art Occidental Tokyo
  • numéro Sartor
    sur le châssis, en haut, à droite, en bas, sur une traverse, à la peinture blanche
    S 141
  • marque de transit ; étiquette
    sur le châssis, en haut à droite, à droite et sur le dos protecteur, LP ART
  • marque de transit ; étiquette
    sur le châssis, à droite, IAT
  • annotation
    sur le châssis, traverse horizontale, illisible
  • numéro d'inventaire
    sur le châssis, au crayon noir [masqué par le renfort, récol. 2015)
    1368. MR
  • inscription
    sur la toile, au revers, à la craie blanche [masqué par le renfort, récol. 2015)
    179
  • annotation ; étiquette
    sur le châssis, [masqué par le renfort, récol. 2015)
    N° 22 / Musée / de / Reims
  • Marquage numéro d'inventaire
    Sur étiquette

Identification

Numéro d'inventaire
2019.1.15

Statut administratif

  • 2019.1 Transfert de propriété de l'État à titre gratuit, 23/01/2019 (Actuel)
    Transfert définitif de propriété à la ville de Reims, arrêté du ministre de la culture du 9 janvier 2019, publié au Journal Officiel le 23 janvier 2019
  • D. 872.2 Dépôt Musée du Louvre, 1872 (Antérieur)

Situation

  • Exposé dans le futur musée

Collection antérieure

Référence

Bibliographie

  • Sfida al Barocco : 1680 1750 Roma Torino Parigi
    Gênes, 2020
    GAUNA Chiara, N°53 notice pages 289-290, reproduction couleur page 289.
  • Le Guide. Chefs-d'oeuvre du musée des Beaux-Arts de Reims
    Paris, 2017
    DELOT Catherine, "XVIIIe siècle", pages 66-67, cité page 66. JULIEN Maxence, notice page 70, reproduction couleur page 71.
  • Charles de La Fosse (1636-1716). Le triomphe de la couleur
    Nantes, 2015
    COLLANGE-PERUGI Adeline, "Les commandes pour le château de Meudon", page 172, Fig. 1 cité et reproduction couleur.
  • PRAT Louis-Antoine, Le Dessin français au XVIIe siècle
    Paris, 2013
    Cité page 614.
  • Versailles et l'antique
    Paris, 2012
    Cat. 167 cité page 325.

Exposition

  • Rome, Turin, Paris 1680-1750. Antique et Moderne. Citroniera de Filippo Juvarra
    13/03/2020 - 14/06/2020
  • Versailles et l'Antique Château de Versailles
    12/11/2012 - 17/03/2013
  • Lignes et couleurs - Chefs-d'oeuvre de la collection du Musée des Beaux-Arts de Reims, du XVIIe au XXe siècle Seoul Arts Center
    21/12/2004 - 03/04/2005
  • Rubens contre Poussin. La querelle du coloris dans la peinture française du XVIIe siècle Musée départemental d’art ancien et contemporain d'Épinal
    03/07/2004 - 27/09/2004
  • Rubens contre Poussin. La querelle du coloris dans la peinture française du XVIIe siècle Musée des Beaux-Arts d'Arras
    06/03/2004 - 14/06/2004

Cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

Télécharger le visuel



Demander un nouveau visuel

Imprimer la notice de cette oeuvre

Fiche simplifiée Fiche complète

Votre panier

voir votre panier

Laissez un commentaire

Votre message
Qui êtes-vous ?

Votre contribution apparaîtra après validation par l’administrateur du site.

Partager cette fiche