voir votre panier
Paysan au fagot
GROMAIRE
© Adagp, Paris, 2021
Photo : © Christian Devleeschauwer

Paysan au fagot

Marcel GROMAIRE (d'après)
École, pays : France
Noyelles-sur-Sambre, 1892 - Paris, 1971
1939
verre teinté, grisaille, dépoli à l'acide, plomb
H x L en cm : 81 x 99
Achat avec participation du FRAM BONY (famille), 14/12/2011
Musée des Beaux-Arts (inv. 2011.8.1)
Notice complète

Description

Paysan de face portant un fagot sur les épaules ; dans le fond, un village de nuit


Sujet/Thème
scène de genre paysan chargement bois mort nuit village

Création

Titre
Paysan au fagot
Dénomination
verrière
d'après / peintre
Marcel GROMAIRE
Noyelles-sur-Sambre, 1892 - Paris, 1971
Nationalité, culture : Française
École, pays : France
Epoque, datation : 1939
maitre-verrier
Jean HÉBERT-STEVENS
Maisons-Laffite, 1888/07/27 - Paris, 1943/03/07
École, pays : France

Technique

Domaine
vitrail

Libellé
verre teinté, grisaille, dépoli à l'acide, plomb
Matière
verre plomb
Technique
teinté dans la masse grisaille sur verre dépoli à l'acide

H x L en cm
81 x 99
H x L x E en cm avec cadre
103,5 x 85 x 1,7
Hauteur en cm
81
Largeur en cm
99
Hauteur avec cadre en cm
103,5
Largeur avec cadre en cm
85
Épaisseur avec cadre en cm
1,7

Contexte

Le vitrail - Paysan au fagot - fut réalisé par l’atelier Hébert-Stevens sur le carton de Marcel Gromaire (1892 - 1971) pour l’exposition Vitraux et tapisseries modernes présentée à Paris au Petit-Palais en 1939. Il fait partie des premiers cartons de vitraux commandés par le Père Couturier et Jean Hébert-Stevens « aux maîtres de l’art vivant, en l’occurrence Gromaire, Bazaine et Rouault. Cette exposition, fondamentale dans l’histoire du vitrail du XXe siècle, apparaît comme l’aboutissement de longues et houleuses interrogations sur ce que doit être un vitrail. La volonté d’évacuer le vitrail « pastiche » ou « saint-sulpicien », considéré comme l’apanage du XIXe siècle, s’impose peu à peu tandis qu’émerge l’idée de faire appel à des artistes d’avant-garde. Connus pour leur liberté d’expression, ils sont considérés comme seuls vraiment capables de renouveler ce domaine artistique, à l’inverse des peintres verriers trop bridés par les traditions. Ce vitrail est unique dans l’oeuvre de Gromaire alors que, pour Rouault dont un des vitraux réalisés à l’exposition de 1939 sera repris à l’église Notre-Dame-de-Toute-Grâce du Plateau d’Assy, et surtout pour Bazaine, l’exposition de 1939 fera office de véritable révélation. Dans l’oeuvre de Gromaire, le thème du paysan, souvenir de ceux qui traversaient les plaines du nord de son enfance, est récurrent. Ici, la silhouette massive d’un paysan, représentée en contre plongée courbée sous le poids d’un fagot de sarments de vigne, rappelle le goût de Gromaire pour le cinéma dont il a été l’un des premiers critiques dans la revue Le Crapouillot. C’est le moment du retour au village évoqué par des maisons rassemblés autour d’une église dont la girouette, au sommet du clocher, se détache sur la pleine lune. Jean Hébert-Stevens a admirablement mis la technique du vitrail au service de l’univers pictural de Gromaire. Son carton est transposé en vitrail avec une fidélité scrupuleuse. Les verres employés sont exclusivement des verres soufflés à l’antique qui peuvent être plaqués et gravés. Le travail de peinture à la grisaille noire ou colorée (nuage et coq du clocher) renforce l’aspect fortement architecturé de la composition avec des traits marqués qui se confondent souvent avec le réseau de plombs. La palette de couleurs, dominée par le brun-rouge, est sourde, comme dans ses tableaux de chevalet. (Extrait d’une note de Véronique David, chercheur à la cellule vitrail du Centre André Chastel de Paris IV)

Inscription

  • signé
    en bas à droite, peint
    Gromaire
  • Marquage numéro d'inventaire
    Non identifiable

Identification

Numéro d'inventaire
2011.8.1

Statut administratif

  • 2011.8 Achat avec participation du FRAM BONY (famille), 14/12/2011 (Actuel)

Situation

  • Exposé dans le futur musée

Référence

Bibliographie

  • La Boverie. Catalogue des collections du Musée des Beaux-Arts de Liège
    Gand, Volume 2., 2018
    DAVID Véronique, notice "Marcel Grommaire", pages 224-225, cité et reproduction couleur page 225.
  • Hébert-Stevens - Rinuy - Bony. L'atelier de vitrail au XXe siècle
    Conches-en-Ouches, 2017
    DAVID Véronique, n°19 reproduction couleur page 52 notice et reproduction couleur (détail) page 53, cité (cat.19) page 59
  • L'art du vitrail : L'Aube remarquable
    Troyes, exposition permanente, préfiguration de la Cité du Vitrail, présentée à partir du 29 juin 2013 dans le bâtiment restauré de la grange de l'Hôtel-Dieu-le-Comte à Troyes, 2013
    DAVID Véronique, reproduction couleur page 46, notice pages 46-47
  • DAVID Véronique, Principales acquisitions , 2-2012
    Paris, 2012
    cité et reproduction couleur page 92
  • Le Point Riche n°5
    2007/06
    DAVID Véronique, Un vitrail exceptionnel : Payan au fagot de Marcel Gromaire, pages 3-5 (source Véronique David)

Exposition

  • Un atelier parisien de peintres-verriers au XXème siècle
  • Préfiguration de la Cité du vitrail Cité du vitrail. Hôtel-Dieu-le-Comte
    28/06/2013 - 31/12/2013
  • Vitrail Romainville Palais des fêtes
    14/11/1971 - 05/12/1971
  • Arts et matières Musée des Beaux-Arts de Quimper
    25/06/1970 - 31/08/1970
  • Les peintres contemporains et le vitrail CAHORS
    11/04/1969 - 15/06/1969

Cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

Télécharger le visuel

Cette œuvre est soumise à droits et son visuel ne peut pas être diffusé librement. Les images vous sont donc proposées à titre illustratif et en basse définition.

Demander un nouveau visuel

Imprimer la notice de cette oeuvre

Fiche simplifiée Fiche complète

Votre panier

voir votre panier

Laissez un commentaire

Votre message
Qui êtes-vous ?

Votre contribution apparaîtra après validation par l’administrateur du site.

Partager cette fiche