voir votre panier
La Vierge nourricière
FOUJITA
© Fondation Foujita/Adagp, Paris, 2021
Photo : © Christian Devleeschauwer

La Vierge nourricière

Léonard Tsuguharu FOUJITA (peintre)
École, pays : France
Tokyo, 1886/11/27 - Zurich, 1968/01/29
1964/07/11
Huile sur toile, cadre en bois taillé
H x L en cm sans cadre : 65 x 54,6
Legs Kimiyo FOUJITA, 21/07/2009
Musée des Beaux-Arts (inv. 2009.1.2)

Né en 1886 à Tokyo, de religion bouddhiste, Léonard Tsuguharu Foujita arrive en 1913 à Paris. Dès 1920, lors d’un voyage à Rome, naît son intérêt pour la religion catholique. Il souhaite faire le portrait du pape Benoît XV et envisage dans le même temps de réaliser une grande composition représentant saint François Xavier, apôtre du Japon.

Mais sa vie tumultueuse va ensuite l’éloigner des autels de l’Église catholique. Il ne s’y intéresse à nouveau qu’à son retour à Paris après la guerre, et c’est durant les années cinquante que le lien avec la religion et avec Reims se fait. Sa rencontre avec René Lalou, président des Champagnes Mumm, et le meilleur ami de ce dernier, Georges Prades, est décisive. Le 18 juin 1959, Foujita visite Reims avec celui-ci. Alors qu’ils sont à l’intérieur de la basilique Saint-Remi, l’artiste reste un long moment en prières. Devant le tombeau du saint, il a une sorte d’appel mystique qui transforme sa vie. Se confiant à Prades, il lui avoue vouloir se convertir au catholicisme. Le baptême, ainsi que celui de son épouse Kimiyo, a lieu le mercredi 14 octobre 1959, à 10 h 30, en la cathédrale de Reims.

En remerciement, il offre la peinture d’une « Vierge à l’Enfant » à l’archevêché de Reims. Il reprend souvent ce thème, ainsi cette « Vierge nourricière » en 1964, léguée par son épouse en 2009 au musée des Beaux-Arts. Le sein gorgé de lait, la Vierge, assise, allaite l’Enfant Jésus. Dans sa main droite, aux doigts démesurément longs et difformes, elle tient un nid dans lequel les oisillons, sous une aile protectrice, attendent eux aussi la becquée. Tout autour d’elle, dans un paysage assez désertique, des familles d’animaux, qu’aimait tant dessiner et peindre Foujita, l’entourent : une lionne et ses petits, une louve et ses louveteaux, un bébé koala et sa mère, une maman kangourou avec dans sa poche un petit « Joey » sortant la tête, un faon tétant sous le ventre maternel. [C. Delot, 2017]

Notice complète

Description

Vierge vêtue d’un drapé, les seins nus, nourrissant l’Enfant nu assis sur ces genoux, tenant de sa main gauche, un nid avec quatre oisillons recevant la becquée ; autour, animaux femelles et leurs petits (kangourou, lionne, louve, koala, biche).


Sujet/Thème
figure biblique Vierge à l'Enfant Vierge Enfant Jésus maternité sein nudité allaitement agenouillé nid oiseau lionne louve biche kangourou koala

Création

Titre
La Vierge nourricière
Dénomination
cadre
peintre
Léonard Tsuguharu FOUJITA
Tokyo, 1886/11/27 - Zurich, 1968/01/29
Nationalité, culture : Française
École, pays : France
Epoque, datation : 1964/07/11
sculpteur
Léonard Tsuguharu FOUJITA
Tokyo, 1886/11/27 - Zurich, 1968/01/29
Nationalité, culture : Française
École, pays : France
Epoque, datation : 3e quart 20e siècle

Technique

Domaine
peinture

Libellé
Huile sur toile, cadre en bois taillé
Matière
bois
Technique
peinture à l'huile taillé
Support
toile

H x L en cm sans cadre
65 x 54,6
H x L x E en cm avec cadre
67,8 x 57,5 x 2,5
Hauteur en cm
65
Largeur en cm
54,6
Hauteur avec cadre en cm
67,8
Largeur avec cadre en cm
57,5
Épaisseur avec cadre en cm
2,5

Contexte

Suite au décès de Kimiyo Foujita le 2 avril 2009 et à son inhumation à Reims le 25 avril 2009, le projet de legs de ces trois peintures peut maintenant se concrétiser. Ces oeuvres vont permettre d’ancrer durablement cet artiste dans le fonds du musée ; ce qui s’avère essentiel car Foujita était particulièrement lié à Reims. Rappelons qu’il était l’ami de René Lalou, directeur de la maison de Champagne Mumm, qu’il avait de surcroît décidé à Reims de se convertir au Christianisme, de s’y faire baptiser en 1959 dans la Cathédrale sous les flashs des journalistes du monde entier.
Après l’entre-deux-guerres, marquée par ses liens avec Modigliani et Soutine, Reims symbolise après la Seconde Guerre mondiale la dernière étape de la carrière de Foujita qui le conduit à faire édifier une chapelle - Notre-Dame de la Paix qu’il couvre, à l’intérieur, de près de 200m² de fresques. Cette chapelle, gérée par le musée des Beaux-arts, est à la fois son testament et son tombeau. De même, cette conversion illustre à Reims son ouverture à l’art religieux de la Renaissance italienne ; à cette époque, ses oeuvres dont les trois peintures léguées, rappellent sa fascination pour le thème de la Vierge, celui notamment de la Vierge à l’Enfant, qu’il revisite librement à travers sa culture japonaise. Par ailleurs, ce premier legs est l’occasion d’enrichir le fonds d’art sacré du musée qui comprend des oeuvres de Maurice Denis, George Desvallières et de nombreux vitraux de l’Exposition Internationale de 1925.

Oeuvre en rapport

  • La Vierge nourricière (étude) - oeuvre préparatoire
  • Vierge nourricière, étude - oeuvre préparatoire
  • 2014.3.598 L'atelier Archive\MBA - représentation
  • 2014.3.962 La Vierge nourricière, 11 juillet 1964 Archive\MBA - représentation
  • 2014.3.964 La Vierge nourricière, 11 juillet 1964 Archive\MBA - représentation

Inscription

  • signé ; daté
    en bas à gauche
    L. Foujita / 64
  • marque de fabrique
    sur le châssis, en bas, au pochoir noir
    15 F
  • titre ; daté ; signé
    sur le châssis, traverse horizontale, au crayon feutre noir
    LA VIERGE NOURRICIÈRE 11-7-1964 / L. Foujita
  • numéro
    sur le châssis, traverse horizontale, à gauche, au crayon feutre noir
    17
  • cachet de douane
    sur le châssis, traverse horizontale, Douane centrale Paris
  • cachet de douane
    sur la toile, au revers, Douane Centrale Paris

Identification

Numéro d'inventaire
2009.1.2
Nombre de parties
2

Statut administratif

  • 2009.1 Legs Kimiyo FOUJITA, 21/07/2009 (Actuel)

Situation

  • Exposé dans le futur musée

Collection antérieure

Référence

Bibliographie

  • Le goût du Japon : voyage dans les collections du musée Saint-Remi
    Paris
    cité page 38
  • MAKOTO Aida, Foujita's Painting of girls
    Saint-Laurent, 2018
    reproduction couleur page 83.
  • Le Guide. Chefs-d'oeuvre du musée des Beaux-Arts de Reims
    Paris, 2017
    DELOT Catherine, notice "La Vierge nourricière" page 184, reproduction couleur page 185.
  • Chefs-d’œuvre du musée des Beaux-Arts de Reims
    Tokyo, 2016
    N°51 cité et reproduction couleur page 95.
  • Foujita monumental ! Enfer et paradis
    Paris, 2010
    LE DIBERDER Anne, "Dialogue avec le sacré. Foujita, peintre du religieux" pages 86-95, reproduction couleur page 95, cité page 177.

Exposition

  • Masterpieces from Musée des Beaux-Arts, Reims City Art Museum de Nagoya
    07/10/2017 - 03/12/2017
  • Masterpieces from Musée des Beaux-Arts, Reims City Art Museum de Nagoya
    07/10/2017 - 03/12/2017
  • Masterpieces from Musée des Beaux-Arts, Reims City Art Museum de Nagoya
    07/10/2017 - 03/12/2017
  • Masterpieces from Musée des Beaux-Arts, Reims City Art Museum de Nagoya
    07/10/2017 - 03/12/2017
  • Masterpieces from Musée des Beaux-Arts, Reims City Art Museum de Nagoya
    07/10/2017 - 03/12/2017

Cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

Télécharger le visuel

Cette œuvre est soumise à droits et son visuel ne peut pas être diffusé librement. Les images vous sont donc proposées à titre illustratif et en basse définition.

Demander un nouveau visuel

Imprimer la notice de cette oeuvre

Fiche simplifiée Fiche complète

Votre panier

voir votre panier

Laissez un commentaire

Votre message
Qui êtes-vous ?

Votre contribution apparaîtra après validation par l’administrateur du site.

Partager cette fiche