voir votre panier
La Paie des moissonneurs
LUCAS
Photo : © Devleeschauwer Christian

La Paie des moissonneurs

Pierre LUCAS (aquafortiste)
École, pays : France
Anglure, 1844
1892
Eau forte sur papier vergé crème filigrané Arches à bords frangés
Feuille H x L en cm : 31,2 x 44,4
ancien fonds
Musée des Beaux-Arts (inv. 2016.0.28)

Hélas, nous ne possédons que peu d’informations sur ce graveur, hormis la date (7 février), le lieu de sa naissance (Anglure dans la Marne), et savons qu’il expose au salon de 1890 à 1896.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le réalisme l’emporte sur le romantisme. Les artistes ont le goût de l’observation, de la réalité immédiate. Les naturalistes vont suivre cette voie cherchant à témoigner de leur temps et de la culture populaire.

Cette eau-forte est parue dans « L’Art », revue bimensuelle illustrée, et présentée au Salon de 1892. C’est une reprise d’un tableau de Léon Lhermitte exposé au Salon de 1882 et acquis, le jour même de l’ouverture, par l’État (Paris, musée d’Orsay) : « La Paye des moissonneurs ».

Cette œuvre est l’une des plus connues de cet artiste, la vie campagnarde, laborieuse, y est racontée avec un souci d’authenticité, cela lui vaudra le surnom de « peintre des paysans ». Le réalisme scrupuleux et les thèmes de la toile expliquent son extraordinaire succès auprès du grand public et de l’État. Elle est un véritable hymne au travail paysan, par son rendu réaliste méticuleux, presque photographique : le tablier de la femme, le bonnet de l’enfant au sein, la faucille plantée dans la gerbe, la gourde accrochée aux flancs du vieil homme en sabots, tout témoigne d’un goût prononcé pour le détail vrai. C’est le soir, la journée de travail est terminée, les moissonneurs sont groupés dans une cour de ferme entourée par des granges, dont le grenier déborde de foin, symbolisant l’aisance de cette propriété. Dans cette scène, tout dénote la grandeur et la dignité. Par exemple, à gauche, assis sur un banc de pierre, le vieux moissonneur halé, maigre, hiératique, le regard vidé par la fatigue, personnifie à sa manière le travail.

Par ailleurs, le lieu et les personnages peints par Lhermitte et copiés par Lucas sont bien identifiés. Nous sommes à la ferme dite de Ru-Chailly, à Fossoy, près de Château-Thierry (Aisne). C’est un lieu important dans l’œuvre de Lhermitte. Ami avec les métayers, il y loge chaque été. À gauche, l’homme à la faux, Casimir Dehan, est le modèle préféré de Lhermitte, il symbolise toute son œuvre. La femme qui allaite, est certainement l’une des sœurs Bardé, Octavie ou Léonie, qui posent régulièrement pour l’artiste. Quant à l’enfant, il pourrait s’agir de Charles, l’un des fils du peintre. Dans le groupe des personnages qui touchent leur paie, figure le père Ridart, dit Bonhomme, garde-champêtre au village de Mont-Saint-Père. Le personnage, le plus à droite dans la composition, est Louis François Jary, fermier du Ru-Chailly. [F. Bouré, 2016]

Notice complète

Description

Dans une cour de ferme, une famille de moissonneurs reçoit sa paye.


Sujet/Thème
scène ferme cour famille paysan moissonneur homme faux assis repos femme allaitement jeune homme groupe remise monnaie

Création

titre inscrit
La Paie des moissonneurs
titre attribué
La Paye des moissonneurs
Dénomination
coupure de journal
aquafortiste
Pierre LUCAS
Anglure, 1844
École, pays : France
Epoque, datation : 1892
d'après / peintre
Léon LHERMITTE
Mont-Saint-Père, 1844 - Paris, 1925
Nationalité, culture : Française
École, pays : Champagne
Epoque, datation : 1882
Exécution / imprimeur
IMPRIMERIE A. SALMON & ARDAIL
Lieu : Paris

Technique

Domaine
estampe

Libellé
Eau forte sur papier vergé crème filigrané Arches à bords frangés
Technique
eau forte
Support
papier vergé papier filigrané papier Arches

Feuille H x L en cm
31,2 x 44,4
Trait carré H x L en cm
27,2 x 35,3
Cuvette H x L en cm
30,7 x 39,5
Hauteur en cm
31,1
Largeur en cm
44,3
Trait carré hauteur en cm
27,2
Trait carré largeur en cm
35,3
Cuvette hauteur en cm
30,7
Cuvette largeur en cm
35,3

Contexte

Usage

presse
Destinataire
L'Art (Paris, Londres : 1875-1907)
Date d'utilisation
1892
Notes
18e année, t.1 (t. 52 de la collection)

Inscription

  • Marquage numéro d'inventaire
    sur l'objet
  • signé ; daté
    en bas à gauche, dans la planche
    L. Lhermitte / 1882
  • titre
    en bas, imprimé
    LA PAIE DES MOISSONNEURS / (Musée du Luxembourg)
  • inscription concernant l'auteur
    en bas à droite, dans la marge
    P. Lucas sc.
  • inscription concernant l'auteur
    en bas à gauche, dans la marge, imprimée
    L. Lhermitte pinx.
  • inscription concernant l'exécutant
    en bas à droite, dans la marge, imprimée
    imp. A. Salmon & Ardail, Paris.
  • inscription concernant l'exécutant
    en bas à gauche, dans la marge, imprimée
    L'Art.

Identification

Numéro d'inventaire
2016.0.28

Statut administratif

  • 2016.0 ancien fonds (Actuel)
  • 2002.50 ancien fonds (Antérieur)

Référence

Bibliographie

  • Regard sur... Lhermitte dans le sillage de Millet ?
    Reims, 2016
    BOURE Francine, n°2, notice et reproduction couleur page 9

Exposition

  • Regard sur... Lhermitte, dans le sillage de Millet ? Musée des Beaux-Arts de Reims
    18/11/2016 - 26/02/2017

Cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

Télécharger le visuel

Cette oeuvre sera numérisée en haute définition lors d'une prochaine campagne.

Demander un nouveau visuel

Imprimer la notice de cette oeuvre

Fiche simplifiée Fiche complète

Votre panier

voir votre panier

Laissez un commentaire

Votre message
Qui êtes-vous ?

Votre contribution apparaîtra après validation par l’administrateur du site.

Partager cette fiche