voir votre panier
La Jeune fille au chien
RIBOT
Photo : © Christian Devleeschauwer

La Jeune fille au chien

Théodule RIBOT (peintre)
École, pays : France
Saint-Nicolas-d'Attez, 1823/08/08 - Colombes, 1891/09/11
1865
Huile sur toile
H x L en cm sans cadre : 73,2 x 59,5
Legs Henry VASNIER, 11/1907
Musée des Beaux-Arts (inv. 907.19.223)

Désirée-Marie, dite Louise (1857-1916), quatrième enfant de Théodule et Marie-Clémentine Ribot, était âgée de huit ans lorsqu’elle servit de modèle à son père pour « La Jeune Fille au chien ». Elle sera la seule des filles du couple à atteindre l’âge adulte et, comme son frère Clément, dit Germain, se consacrera elle aussi à la peinture, restant toujours très proche de son père.
Dans ses scènes de genre et ses portraits de fantaisie, Ribot a fait poser à plusieurs reprises son entourage, et tout particulièrement sa fille que l’on voit grandir au fil de ses peintures.

Dès le XVIIe siècle, le jeune modèle accompagné de son animal de compagnie est un lieu commun de la peinture de l’enfance. La sensibilité de Ribot le rendait particulièrement réceptif à ces images attachantes de la jeunesse.
Dans ce domaine, « La Petite Laitière » du Cleveland Museum of Art, réalisée dans les mêmes années, est une réussite comparable, bien que peinte dans une gamme de tons plus austère, où dominent les gris. Un chat et un chien accompagnent la petite fille, mais ils sont surtout intéressés par l’aubaine du pot de lait, motif consacré par le naturalisme espagnol ou hollandais (Murillo, « Le Garçon au chien », Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage). La peinture de Ribot est en effet une réinterprétation complexe et subtile de références à la peinture ancienne, bien plus diversifiées que l’inspiration hispanique à laquelle, par facilité, la critique contemporaine le réduit le plus souvent.

Le tableau a été gravé à l’eau-forte par Adolphe Martial Potémont, dit AP Martial, (vers 1865). Il a fait partie de la fameuse collection d’Ernest Hoschedé, connu pour avoir été, en 1874, le premier propriétaire d’« Impression soleil levant » de Monet.
Les déboires financiers de ce négociant en tissus, intimement lié à l’histoire de l’impressionnisme, l’obligeront dès 1875 à se séparer d’une partie de sa collection, dans laquelle figuraient, aux côtes de toiles de Corot, Daubigny, Courbet et Millet, trois autres œuvres de Ribot, « Le Vieux Pêcheur », « Les Petits Cuisiniers » et « Les Poules ». Après avoir appartenu à Frédéric et Thérèse Humbert, le tableau sera acquis à la vente de leur collection, suite à leur banqueroute et à leur retentissant procès pour escroquerie, par Henry Vasnier qui le léguera au musée.

L’œuvre témoigne de toute la séduction dont est capable la peinture de Ribot.
« Que d’intensité de vie dans le tableau de la « Jeune Fille au chien », dira Ernest Hoschedé. La maîtrise des effets plastiques nous ferait oublier que nous sommes devant l’image touchante de justesse d’une petite fille aux cheveux défaits qui, pour ne pas perdre sa robe peut-être trop grande pour elle, la retient de la main. En 1906, à Bagatelle, le tableau avait été exposé avec pour titre « La Préférée ». Si cette désignation faisait allusion au chien, traditionnel symbole de fidélité, qui regarde sa jeune maîtresse, on pourrait y voir aussi un aveu discret du profond attachement du peintre au modèle, que trahissent la remarquable harmonie délicate de rose et de gris des vêtements de la jeune fille et l’utilisation de la lumière qui illumine son visage se détachant sur l’obscurité du fond.
[Luc Georget, extrait du catalogue d’exposition « Théodule Ribot (1823-1891). Une délicieuse obscurité. », 2021]

Notice complète

Description

Fillette debout à mi-corps avec un chien contre elle.


Sujet/Thème
portrait fillette à mi-corps de trois-quarts tablier effet de clair-obscur chien
Personne/Collectivité
Ribot Louise

Création

titre attribué
La Jeune fille au chien
peintre
Théodule RIBOT
Saint-Nicolas-d'Attez, 1823/08/08 - Colombes, 1891/09/11
Nationalité, culture : Française
École, pays : France
Epoque, datation : 1865

Technique

Domaine
peinture

Libellé
Huile sur toile
Technique
peinture à l'huile
Support
toile

H x L en cm sans cadre
73,2 x 59,5
H x L x E en cm avec cadre
102,8 x 89,1 x 12,2
Hauteur en cm
73,2
Largeur en cm
59,5
Hauteur avec cadre en cm
102,8
Largeur avec cadre en cm
89,1
Épaisseur avec cadre en cm
12,2

Contexte

Peinture très influencée par Ribera et Zurbaran.

Inscription

  • signé ; daté
    en haut à droite
    th. Ribot / 1865
  • numéro pochoir rouge
    sur le cadre, au dos, en haut à droite
    964
  • marque de transit ; étiquette
    sur le cadre, au dos, en haut, EXPRESS TRANSPORT
  • mesure
    sur le cadre, au dos, en haut à gauche, au crayon graphite
    72,3
  • numéro
    sur le cadre, au dos, en haut à gauche, au crayon, masqué
    [164]
  • annotation
    sur le cadre, au dos, en haut, au crayon rouge
    [illisible ] le 4
  • carte de visite Vasnier
    sur le cadre, au dos, en haut
  • cachet de collectionneur ; monogramme
    sur le cadre, au dos, en haut, sur carte de visite, cire beige
    H. V.
  • cachet Mairie de Reims
    sur le cadre, au dos, en haut, sur la carte de visite
  • numéro
    sur le cadre, au dos, en haut à droite, au crayon noir
    R. 612
  • annotation
    sur le cadre, au dos, à gauche, à la craie blanche, illisible
  • numéro
    sur le châssis, en haut, à gauche, au crayon bleu
    248
  • numéro Vasnier
    sur le châssis, à la peinture blanche (deux fois)
    H-V- 223
  • numéro Vasnier
    sur le châssis, en bas, à droite, à l'encre noire
    HV 223
  • étiquette d'évacuation juin 1917
    sur le châssis, en haut, à droite
  • numéro
    sur le châssis, en haut, à droite, sur étiquette d'évacuation, au crayon bleu, masqué
  • annotation ; étiquette
    sur le châssis, manuscrite, non observé [récol. 2014]
    I.Reproduit
  • marque d'exposition ; étiquette
    sur la toile, au revers, LONDRES 1871, non observé suite à la restauration (récol. 2014]
    "Internle de 1871 - Londres"
  • Marquage numéro d'inventaire
    sur l'objet

Identification

Numéro d'inventaire
907.19.223

Statut administratif

  • 907.19 Legs Henry VASNIER, 11/1907 (Actuel)

Situation

  • Déposé

Collection antérieure

  • 1902, Collection privée - Henry VASNIER (Paris, 1832/04/02 - Reims, 1907/02/28) Vente publique : HUMBERT
  • Collection privée - E. HOSCHEDE

Référence

Bibliographie

  • Théodule Ribot (1823-1891). Une délicieuse obscurité
    Paris, 2021
    GEORGET Luc, Cat.48 notice page 152, reproduction couleur page 153.
  • Animals in Art : Japan and Europe : Mysterious, Cute and Perverse
    Tokyo, 2021
    N°127 cité page 190, reproduction couleur page 191.
  • LOBSTEIN Dominique, Théodule Ribot (1823-1891)
    Courbevoie, 2018
    Reproduction couleur en 1ère de couverture ; Cat.06 notice page 94, cité page 96, reproduction couleur page 95.
  • Dans l'intimité d'Eugène Boudin, 1824-1898
    Honfleur, 2014
    BERGERET-GOURBIN Anne-Marie, "Portrait/Figures" pages 107-111, Cat.60 reproduction couleur page 121, cité page 227.
  • Henry Vasnier. L'infinie passion d'un collectionneur. Acte 2
    Paris, 2016
    Cité page 15.

Exposition

  • Animals in art Japan and europe Dürer, Jakuchu, Chagall and Okyo Fuchu Art Museum
    19/09/2020 - 22/11/2020
  • Théodule Ribot. L'esprit et la Chère COLOMBES, musée municipal d'art et d'histoire
    23/02/2019 - 29/06/2019
  • Théodule Ribot. L'esprit et la chère Musée Roybet Fould de Courbevoie
    21/11/2018 - 10/02/2019
  • Henry Vasnier. L'Infinie passion d'un collectionneur. Acte II REIMS, Villa Demoiselle
    13/10/2016 - 17/09/2017
  • Dans l'intimité d'Eugène Boudin, 1824-1898 Musée Eugène Boudin d'Honfleur
    21/06/2014 - 29/09/2014

Cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

Télécharger le visuel Haute Définition

Licence ouverte CC BY SA

Demander un nouveau visuel HD

Imprimer la notice de cette oeuvre

Fiche simplifiée Fiche complète

Votre panier

voir votre panier

Laissez un commentaire

Votre message
Qui êtes-vous ?

Votre contribution apparaîtra après validation par l’administrateur du site.

Partager cette fiche