voir votre panier
Giganti
CLAUDEL
Photo : © Devleeschauwer Christian

Giganti

Camille CLAUDEL (sculpteur)
Fère-en-Tardenois, 1864 - Montdevergues, 1943
entre 1885 ; et 1892
Bronze, socle en bois peint
H x L x P en cm : 48,3 x 27 x 26,5 (ensemble)
Don Alphonse de ROTHSCHILD, 08/04/1901
Musée des Beaux-Arts (inv. 901.27.1)

Ce bronze, appelé aussi « Giganti » et signé « Camille Claudel », a été donné en 1901 au musée par Alphonse de Rothschild. Ce dernier offre la même « Tête de brigand » à d’autres collections publiques françaises, au musée de Lille en 1892 et à celui de Cherbourg en 1902 (signatures et piédouches différents). Le mécénat se fait par l’intermédiaire de Léon Gauchez – critique d’art, marchand et négociateur pour le baron sous le nom de Paul Leroi, mais aussi aide et confident de Claudel. En 1885, alors qu’elle n’a que vingt et un ans et qu’elle figure pour la deuxième fois au Salon annuel des artistes français à Paris, cette dernière est déjà remarquée avec cette sculpture. À l’époque, elle travaille avec Auguste Rodin – en particulier à ce qui deviendra « La Porte de l’Enfer ».

L’influence du maître est perceptible dans cette tête au naturalisme exacerbé. Une tension surgit du modelé énergique de l’ensemble et du contraste entre la facture lisse du visage et celle, nerveuse, de la coiffure ébouriffée. L’expression rendue se mêle d’agressivité, de fierté et d’assurance noble. Brigand de grands chemins et/ou travailleur libre, l’homme for t, au port altier, toise le spectateur, le provoque et le somme de se mesurer à lui. Cet Italien originaire de Naples existe. Giganti vit rue du Château à Paris. Homme du peuple, audacieux et plein de fougue, ce modèle, aujourd’hui oublié, semble avoir été commun à Rodin et à Jessie Lipscomb, l’amie anglaise de Claudel rencontrée à l’académie Colarossi.

Dans sa version, l’artiste nous dévoile ses propres talents de portraitiste, qui mêlent la vision réaliste d’un type physique mais aussi la perception du visage intérieur de l’être. Au-delà de l’ensemble de ces caractères, l’intensité palpable du face-à-face entre le sculpteur et son modèle fait de cette pièce de jeunesse une œuvre particulièrement puissante. [M.-H. Montout-Richard, 2017]

Notice complète

Description

Tête relevée, chevelure abondante et en brousaille, lèvres épaisses, traits burinés.


Sujet/Thème
figure tête homme voleur fierté

Création

titre attribué
Giganti
autre titre
Tête de brigand
Dénomination
tête
sculpteur
Camille CLAUDEL
Fère-en-Tardenois, 1864 - Montdevergues, 1943
Nationalité, culture : Française
Epoque, datation : entre 1885 ; et 1892

Technique

Domaine
sculpture

Libellé
Bronze, socle en bois peint
Matière
bronze bois
Technique
fonte

H x L x P en cm
48,3 x 27 x 26,5 (ensemble)
Hauteur en cm
48,3
Largeur en cm
27
Profondeur en cm
26,5
Hauteur en cm
31,2 (tête)
Poids en g
12000

Contexte

Camille Claudel expose au Salon des artistes français un Giganti (n°3495).

Oeuvre en rapport

  • Claudel Camille, Giganti dit aussi Tête de brigand, 1885 - Double
  • Claudel C., Buste de Paul Claudel en jeune romain - Oeuvre en rapport (provenance)

Inscription

  • signé
    au dos, incisé avant la fonte
    Camille. Claudel
  • annotation ; inscription concernant le donateur ; étiquette
    sous l'objet, [non observé, récol. 2015]
    Camille Claudel / Tête de brigand / Don du Bon Alph. de Rothschild 1901
  • Marquage numéro d'inventaire
    sur l'objet

Identification

Numéro d'inventaire
901.27.1

Statut administratif

  • 901.27 Don Alphonse de ROTHSCHILD, 08/04/1901 (Actuel)

Situation

  • Exposé dans le futur musée

Collection antérieure

Référence

Bibliographie

  • Le Guide. Chefs-d'oeuvre du musée des Beaux-Arts de Reims
    Paris, 2017
    MONTOUT-RICHARD Marie-Hélène, notice ʺTête de brigandʺ page 160, reproduction couleur page 161.
  • Camille Claudel. Au miroir d'un art Nouveau
    Paris, 2014
    cité pages 20, 21 et 273.
  • Rodin
    Londres, 2007
    N°135 reproduction couleur page 113, cité page239.
  • LIOT David, Le musée des Beaux-Arts de Reims
    Paris, 2002
    N°89 reproduction couleur page 83.
  • GAUDICHON Bruno, Camille Claudel. Catalogue raisonné
    Paris, 2001/09
    cité pages 76, 77 et 79, reproduction page 77.

Exposition

  • Rodin, 2006-2007
  • Camille Claudel et Rodin : la rencontre de deux destins
  • Deux artistes du Tardenois : Paul et Camille Claudel Hôtel le Vergeur de Reims
    04/03/1999 - 28/03/1999

Cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

Télécharger le visuel



Demander un nouveau visuel

Imprimer la notice de cette oeuvre

Fiche simplifiée Fiche complète

Votre panier

voir votre panier

Laissez un commentaire

Votre message
Qui êtes-vous ?

Votre contribution apparaîtra après validation par l’administrateur du site.

Partager cette fiche