voir votre panier
Féérie nocturne : Exposition Universelle Paris 1900
MAUFRA
Photo : © Christian Devleeschauwer

Féérie nocturne : Exposition Universelle Paris 1900

Maxime MAUFRA (peintre)
École, pays : France
Nantes, 1861 - Poncé-sur-le-Loir, 1918
1900
Huile sur toile
H x L en cm sans cadre : 65,5 x 81,3
Legs Henry VASNIER, 11/1907
Musée des Beaux-Arts (inv. 907.19.178)

En 1889, Maxime Maufra, alors âgé de vingt-huit ans et décidé à se consacrer pleinement à la peinture, se rend en Bretagne pour rencontrer Paul Gauguin et ses disciples, avec une pointe de scepticisme signalant son indépendance de caractère : « Je restais trois mois dans ce pays breton de Pont-Aven où je n’entendais parler que vert Véronèse pur, chrome, etc., théories de couleurs plus ou moins absurdes. Je préfère la coloration vive, mais on peut peindre avec du noir… Le tout est d’être peintre, et quoique ce mot déplaise à certains, il faut d’abord s’exprimer en cette langue. »

Obscurité et lumière : c’est cette alliance que célèbre la féerie nocturne ici traduite par Maufra. Avec plus de cinquante millions de visiteurs, l’Exposition universelle de 1900, à Paris, constitue un événement exceptionnel dans une capitale mondiale qui brille de ses mille feux. Les berges de la Seine sont alors transfigurées par les édifices construits pour l’occasion, et par les pavillons des nations invitées. Si l’exacte topographie des lieux, entre le pont d’Iéna et le Trocadéro, est loin d’être respectée par le peintre, c’est bien le triomphe de l’électricité qui importe ici, embrasant les quais et les frontons de ses points et de ses lignes, balayant le ciel de ses faisceaux.

« C’est alors que retentit un rire étrange, crépitant, condensé : celui de la Fée Électricité […] elle triomphe à l’Exposition ; elle naît du ciel, comme les vrais rois. Elle est le progrès […] on la tend en fils, on l’enroule en bobines, puis on la décharge sous l’eau, sur les fontaines, on l’émancipe sur les toits, on la déchaîne dans les arbres ; c’est le fléau, c’est la religion de 1900 », témoigne Paul Morand, jeune visiteur. La Seine elle-même serait convertie à la seule couleur des ampoules si un bateau n’y allumait, par ses vapeurs rosées et comme en contrepoint, un reflet d’incendie. [G. Magnier, 2017]

Notice complète

Description

Vue nocturne de l’Exposition Universelle de 1900 depuis la Seine sur laquelle se reflètent les illuminations et les lumières des architectures ; nombreux bateaux voguant.


Sujet/Thème
cadre urbain pont fleuve fête nuit reflet bateau exposition architecture
Lieu
Seine (La) Paris, Tour Eiffel Paris, Champ de Mars Paris, Palais du Trocadéro (1878)
Événement
Exposition universelle de 1900 1900 Paris

Création

Titre
Féérie nocturne : Exposition Universelle Paris 1900
peintre
Maxime MAUFRA
Nantes, 1861 - Poncé-sur-le-Loir, 1918
Nationalité, culture : Française
École, pays : France
Epoque, datation : 1900

Technique

Domaine
peinture

Libellé
Huile sur toile
Technique
peinture à l'huile
Support
toile

H x L en cm sans cadre
65,5 x 81,3
H x L x E en cm avec cadre
98,7 x 115,2 x 13
Hauteur en cm
65,5
Largeur en cm
81,3
Hauteur avec cadre en cm
98,7
Largeur avec cadre en cm
115,2
Épaisseur avec cadre en cm
13

Contexte

Inscription

  • signé ; daté
    en bas à droite
    Maufra 1900
  • cachet Mairie de Reims
    au dos
  • cachet du fournisseur
    au dos
  • cachet de fabrique
    sur le châssis
    Déposé
  • numéro Vasnier
    sur le châssis, en haut et bas, à la peinture blanche
    HV 178
  • numéro Vasnier
    sur le châssis, à l'encre noire
    HV 178
  • étiquette d'évacuation juin 1917
    sur le châssis, fragmentaire
  • étiquette ; inscription concernant la vente
    sur le châssis, Galerie Durand-Ruel
  • numéro pochoir rouge
    sur le cadre, au dos
    997
  • marque de transit ; étiquette
    sur le cadre, au dos, en haut, étiquettes de transporteur au nombre de cinq
  • marque d'exposition ; étiquette
    sur le cadre, au dos, étiquettes d'exposition, au nombre de deux
  • Marquage numéro d'inventaire
    sur l'objet

Identification

Numéro d'inventaire
907.19.178

Statut administratif

  • 907.19 Legs Henry VASNIER, 11/1907 (Actuel)

Situation

  • Exposé dans le futur musée

Collection antérieure

Référence

Bibliographie

  • Nuits électriques
    Oissel, 2020
    reproduction couleur (détail) en 1ère page de couverture, Cat. 1 reproduction couleur pages 24-25.
  • Le Guide. Chefs-d'oeuvre du musée des Beaux-Arts de Reims
    Paris, 2017
    MAGNIER Georges, notice "Féérie nocturne : Exposition universelle Paris 1900", page 120, reproduction couleur page 121.
  • Henry Vasnier. Exposition à la Villa Demoiselle, Reims
    Issy-les-Moulineaux, Hors-série, 2017
    cité pages 9-10, 23, reproduction couleur pages 22-23, 52, 55.
  • Henry Vasnier. L'infinie passion d'un collectionneur. Acte 2
    Paris, 2016
    DELOT Catherine, chapitre "Henry Vasnier, Collectionneur", pages 7-11, reproduction couleur et cité page 7.
  • Henry Vasnier, les passions modernes d'un collectionneur audacieux
    Paris, 2015
    Chapitre "Un personnage incontournable de la Belle Epoque", cité et reproduction couleur (absence de pagination).

Exposition

  • Nuits électriques MuMa - Musée d'art moderne André Malraux
    01/07/2020 - 01/11/2020
  • Henry Vasnier. Les Passions modernes d'un collectionneur audacieux Villa Demoiselle
    06/11/2015 - 09/2016
  • Henry Vasnier. L'Infinie passion d'un collectionneur. Acte II REIMS, Villa Demoiselle
    13/10/2016 - 17/09/2017
  • Paris 1900 : la ville spectacle Petit Palais
    01/04/2014 - 17/08/2014
  • Les arts de l'effervescence Champagne ! Musée des Beaux-Arts de Reims
    14/12/2012 - 26/05/2013

Cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

Télécharger le visuel



Demander un nouveau visuel

Imprimer la notice de cette oeuvre

Fiche simplifiée Fiche complète

Votre panier

voir votre panier

Laissez un commentaire

Votre message
Qui êtes-vous ?

Votre contribution apparaîtra après validation par l’administrateur du site.

Partager cette fiche