voir votre panier
Effigie funéraire d’Henriette Sélincart
LE BRUN
Photo : © Christian Devleeschauwer

Effigie funéraire d’Henriette Sélincart

Charles LE BRUN (peintre)
École, pays : France
Paris, 1619 - Paris, 1690
1680
Huile sur marbre noir de Belgique ovale bombé
H x L en cm sans cadre : 55 x 44 x 5,3
Don SILVESTRE (famille), 01/1980
Musée des Beaux-Arts (inv. 980.5.4)

Charles Le Brun, Premier peintre du roi Louis XIV, orchestrateur du décor du château de Versailles et de son jardin, était très lié à la famille d’Israël Silvestre dont on voit ici l’épouse défunte. Silvestre fut un prolifique graveur et dessinateur auquel on doit le plus important répertoire topographique de la France du Grand Siècle, les « Vues des Châteaux de France ».

Henriette Sélincart est donc représentée, ici, sur son lit de mort, probablement le 1er septembre 1680. Le dessin préparatoire, à la pierre noire, sanguine et rehauts de pastel, por trait sans doute réalisé de visu, est également conservé par le musée. Remarquons que le tableau est peint sur un marbre noir. La technique de la peinture sur pierre est bien connue au XVIIe siècle. La composition a dû être ébauchée avec de l’huile, de la couleur et de l’essence de térébenthine. N’oublions pas que, initialement, le médaillon était encadré par une draperie de marbre blanc relevée à droite et à gauche, et installé en l’église Saint-Germain-L’Auxerrois, proche de la colonnade du Louvre, à l’intérieur de laquelle la jeune femme de trente-six ans avait été inhumée. Les traces du pinceau ont laissé des sillons et une surface rêche sur le vêtement qui couvre son épaule. Les carnations ont des teintes livides d’un rose violacé, localement un jaune pâle teinté de bleu, mais cela ne contrecarre pas l’expression paisible du visage.

Les portraits mortuaires ne sont pas rares dans la peinture européenne des XVIe et XVIIe siècles. Ils témoignent, malgré la fragilité de la vie alors, d’un rapport plus serein que le nôtre aux fins dernières, puisque peut-être fait d’espérance. L’historien Philippe Ariès en a étudié les manifestations et qualifie la mort de l’époque classique d’apprivoisée. [P. Le Chanu, 2017]

Notice complète

Description

Portrait en médaillon figurant mourante une jeune femme voilée, en buste, de trois-quarts droit, les mains croisées.


Sujet/Thème
portrait draperie mort jeune femme voile (coiffure) en buste de trois-quarts
Personne/Collectivité
Sélincart Henriette

Création

titre attribué
Effigie funéraire d'Henriette Sélincart
peintre
Charles LE BRUN
Paris, 1619 - Paris, 1690
École, pays : France
Epoque, datation : 1680

Technique

Domaine
peinture

Libellé
Huile sur marbre noir de Belgique ovale bombé
Technique
peinture à l'huile
Support
marbre de Belgique marbre noir

H x L en cm sans cadre
55 x 44 x 5,3
H x L x E en cm avec cadre
111,5 x 85,5 x 13
Poids en g
22000
Hauteur en cm
55
Largeur en cm
44
Épaisseur en cm
2 (min.)
Épaisseur en cm
5,3 (max.)
Hauteur avec cadre en cm
111,5
Largeur avec cadre en cm
85,5
Épaisseur avec cadre en cm
13

Contexte

Seul élément conservé du monument funéraire qui ornait la chapelle faisant face à celle du Saint-Sacrement en l’église Saint-Germain-l’Auxerrois ; le médaillon dont l’épitaphe est décrite dans le dossier d’oeuvre, était accompagné d’une draperie réalisée par Sébastien Slodtz. Le marbre fut conservé au dépôt des Petits Augustins du 9 décembre 1793 à 1839 et rendu alors au baron de Silvestre sur intervention du ministre de l’Intérieur le marquis de Montalivet.

Usage

commémoration
Destinataire
Henriette Sélincart
(Nancy, 1644 - Paris, 1680/09/01)
Date d'utilisation
1680/09/01
Lieu d'utilisation
Paris, église Saint-Germain-l'Auxerrois
Notes
Médaillon peint qui surmontait le monument funéraire d'Henriette Sélincart à Saint-Germain-l'Auxerrois, sur un pilier (selon A. Lenoir, t. V, p. 99) et au premier pilier vis-à-vis la chapelle du Saint-Sacrement (A. Lesort et H. Verlet) ; l'oeuvre s'inscrivait sur une draperie de marbre blanc, qui n'a pas été conservée et était accompagnée d'une épitaphe.
commémoration
Destinataire
Israël SILVESTRE
(Nancy, 1621/08/03 - Paris, 1691/10/11)
Date d'utilisation
1680

Oeuvre en rapport

Inscription

  • marque de doreur ; cachet
    sur le cadre, au dos, en haut, Atelier Schaefer
  • daté
    sur le cadre, au dos, en haut, sous le cachet du doreur, au crayon à bille
    1997
  • marque de transit ; étiquette
    sur le cadre, au dos, en haut à droite, LP-ART
  • marque de transit ; étiquette
    au dos, Chenue, non observé [récol. 2014]
  • annotation ; étiquette
    au dos, illisible
    Confié au bon soin de / mon oncle de [Champelieux] / par Sylvestre
  • Marquage numéro d'inventaire
    sur l'objet

Identification

Numéro d'inventaire
980.5.4

Statut administratif

  • 980.5 Don SILVESTRE (famille), 01/1980 (Actuel)

Situation

  • Déposé

Collection antérieure

Référence

Bibliographie

  • Regard sur... Le Portrait au siècle de Colbert
    Reims, 2019
    MONTOUT-RICHARD Marie-Hélène, "Charles Le Brun, portraits et expressions", pages 12-15, n°16 cité page 12, reproduction couleur page 13 .
  • La France vue du Grand Siècle. Dessins d'Israël Silvestre (1621-1691)
    Paris, 2018
    Fig. 7 cité page 14, reproduction couleur page 19.
  • Le Guide. Chefs-d'oeuvre du musée des Beaux-Arts de Reims
    Paris, 2017
    LE CHANU Patrick, notice "Henriette Sélincart, épouse d'Israël Silvestre" page 46, reproduction couleur page 47.
  • Un musée révolutionnaire. Le musée des Monuments français d'Alexandre Lenoir
    Paris, 2016
    Cat. 38, reproduction couleur page 137, notice page 352.
  • L'Invention du passé Gothique, mon amour...1802-1830
    Paris, 2014
    Cité page 92.

Exposition

  • Regard sur... Le Portrait au siècle de Colbert Musée des Beaux-Arts de Reims
    20/06/2019 - 22/09/2019
  • Le musée des monuments français d'Alexandre Lenoir Musée du Louvre
    04/04/2016 - 04/07/2016
  • Lignes et couleurs - Chefs-d'oeuvre de la collection du Musée des Beaux-Arts de Reims, du XVIIe au XXe siècle Seoul Arts Center
    21/12/2004 - 03/04/2005
  • Figures de la passion, peinture et musique à l’âge baroque musée de la Musique de Paris
    23/10/2001 - 20/01/2002
  • La couleur du passé. Restaurations d'oeuvres 1996-1997 Musée des Beaux-Arts de Reims
    20/06/1998 - 22/11/1998

Cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

Télécharger le visuel



Demander un nouveau visuel

Imprimer la notice de cette oeuvre

Fiche simplifiée Fiche complète

Votre panier

voir votre panier

Laissez un commentaire

Votre message
Qui êtes-vous ?

Votre contribution apparaîtra après validation par l’administrateur du site.

Partager cette fiche