voir votre panier
canapé
RAPIN
Photo : © Christian Devleeschauwer

canapé

Henri RAPIN (ébéniste)
Paris, 1873 - Paris, 1939
1909
Acajou, incrustations de bois foncé, nacre et os, garniture récente
H x L x P en cm : 90 x 182 x 74
Don CERCLE DES MÉCÈNES DU MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE REIMS, 08/01/2013
Musée des Beaux-Arts (inv. 2013.1.1)

Peintre et décorateurs d’intérieur, l’un des plus connus de son époque, Henri Rapin étudie à l’École nationale des beaux-arts dans l’atelier de Jean-Léon Gérôme, peintre pompier. Dès 1898, il expose ses peintures au Salon. Vers 1900, il commence la réalisation de meubles et d’objets décoratifs. Son style est vite reconnu et apprécié. Ainsi, dès 1909, il est choisi par le chirurgien Maurice Marcille, qui a épousé en 1903 Mlle Cordelia Le Play, pour meubler l’ensemble de leur demeure.

Outre le salon, dont le musée possède le canapé et un fauteuil, Rapin réalise également le mobilier de la salle à manger, de la chambre à coucher et d’un atelier. Le canapé est signé, daté sur le bâti : H. Rapin 1909. Marcille, connu en 1914 comme inventeur du service chirurgical transportable et déplaçable au plus près du front, est l’un des premiers mécènes de l’artiste qui rompt dans l’exécution de ses meubles avec la période Art nouveau, apportant une modernité, dans cette période charnière, qui annonce le style Art déco dont il sera plus tard l’un des maîtres. Son art se distingue par son élégance et la richesse de ses matériaux.

Rapin devient en 1924 directeur artistique de la Manufacture de Sèvres. En 1925, il participe à l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes, avec le pavillon de Sèvres et l’aménage- ment du salon et de la salle à manger de l’ambassade française avec Tony Selmersheim. Il est appelé par la suite, en 1933, à Tokyo, par le prince Asaka pour la décoration de sa résidence. Il y crée non seulement le mobilier mais aussi les peintures et tous les objets décoratifs, accompagné des plus grands artistes français de l’époque dont René Lalique, Raymond Subes, Max Ingrand ou Ivan-Léon Blanchot. Ce palais est devenu le musée Teien.
[C. Delot, 2017]

Notice complète

Description

Canapé en gondole, quatre pieds droits, accotoirs enroulés, jambages ornés d’une feuille et de cannelures, motif géomatrique stylisé dans un cercle aux angles, couvert d’un velours blanc.


Sujet/Thème
ornement à forme végétale ornement à forme géométrique fleur cannelure stylisé

Création

Dénomination
canapé
ébéniste
Henri RAPIN
Paris, 1873 - Paris, 1939
Epoque, datation : 1909

Technique

Domaine
mobilier

Libellé
Acajou, incrustations de bois foncé, nacre et os, garniture récente
Matière
acajou bois nacre os textile
Technique
placage incrustation

H x L x P en cm
90 x 182 x 74
Hauteur en cm
90
Largeur en cm
182
Profondeur en cm
74
Hauteur en cm
50 (assise)

Contexte

Oeuvre en rapport

Inscription

  • signé ; daté
    à droite, en bas, sur le bâti, incisé
    H. Rapin / 1909
  • Marquage numéro d'inventaire
    sur l'objet

Identification

Numéro d'inventaire
2013.1.1

Statut administratif

  • 2013.1 Don CERCLE DES MÉCÈNES DU MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE REIMS, 08/01/2013 (Actuel)

Situation

  • Exposé dans le futur musée

Référence

Bibliographie

  • Le Guide. Chefs-d'oeuvre du musée des Beaux-Arts de Reims
    Paris, 2017
    DELOT Catherine, notice "Canapé" page 242, reproduction couleur page 243.
  • La Revue des musées de France n° 2-2015 - Revue du Louvre
    Paris, 2015
    DELOT Catherine, "Acquisitions 2013-2014", notice 87 pages 29-30

Cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

Télécharger le visuel

Cette oeuvre sera numérisée en haute définition lors d'une prochaine campagne.

Demander un nouveau visuel

Imprimer la notice de cette oeuvre

Fiche simplifiée Fiche complète

Votre panier

voir votre panier

Laissez un commentaire

Votre message
Qui êtes-vous ?

Votre contribution apparaîtra après validation par l’administrateur du site.

Partager cette fiche